Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

PUBLICATIONS DIVERSES - Page 4

  • CET OBSCUR OBJET DU DESIR...

    J'ai retrouvé un texte que j'avais écrit en 2006.

    Notre amie Marie-Ange avait lancé sur son forum, une sorte de jeu qui consistait à décrire tel que nous le percevions, notre acteur préféré Joe Penny.

    J'avais oublié ce texte que je viens de "redécouvrir" et que je publie ici de nouveau.

    En fait, j'ai écrit deux textes. Le second, je le publierai dans les jours à venir.

     

    CET OBSCUR OBJET DU DESIR...

    CET OBSCUR OBJET DU DESIR

     

     

    Pour être claire dans mes propos, je veux préciser que je m'exprime sur Joe « ACTEUR » et non sur Joe « HOMME PRIVE ».

     

    Joe Penny !!! Cet obscur objet du désir...Qu'y a t'il de mieux que ce titre d'un film de Luis Buñuel pour définir ce que représente Joe pour moi. 

    La première fois que je l'ai découvert sur mon écran de télévision, je fus séduite par son regard... c'était en 1989 lors de la diffusion du premier épisode de FLAMINGO ROAD, je fus conquise par toute sa personnalité.

     

    Puis je l'ai oublié pour le redécouvrir quelques temps plus tard dans le rôle de Jack Styles, le héros de "LA LOI EST LA LOI", séduisant enquêteur, et là ce fut la révélation ! Mais oui ! pour moi, ce bel acteur devint l'homme idéal avec son regard tantôt sombre, tantôt clair, tellement changeant et chargé de tant de choses indéfinissables ; son visage si expressif, qui peut passer de la pure tendresse à la plus sévère expression ; sa bouche charnue si bien dessinée, dans laquelle j'aurais voulu mordre comme dans un beau fruit que j'aurais cueilli sur l'instant ; ses lèvres qui parfois se font oublier car il a cette faculté d'en jouer au point qu'elles peuvent devenir discrètes ; sa stature qui lui donne un charisme exceptionnel, ce qui fait que l'on ne voit que lui, même dans un petit rôle ; son beau corps bronzé, musclé, sa poitrine à la pilosité sensuelle,qui le rendent si attirant et auxquels j'aurais voulu succomber ; et sa façon de se mouvoir !...Aïe Mama!!!! 

     

    Aujourd'hui il a quelques années de plus (moi aussi et quelques années de plus que lui hélas !) son visage a changé, les traits se sont durcis, mais je le trouve toujours aussi séduisant. Dans chacun de ses rôles je l'ai aimé, parfois détesté. Cet acteur que j'admire est-il si différent de l'homme qu'il est dans la vie ? Je l'ignore. Je pense qu'il a mis et continue à mettre beaucoup de lui-même dans les personnages qu'il interprète avec son immense talent. oui j'ai aimé et j'aime encore l'acteur que je ne connais pas.

    Il paraît qu'il ne répond jamais au courrier de ses admiratrices, dommage ! Mais elles l'ont tant harcelé par lettres qu'elles lui envoyaient ou lors de ses apparitions publics, qu'il se protège certainement maintenant en menant sa vie privée avec une grande discrétion .

     

     

    Il me fait penser à un loup solitaire et, j'aurais aimé et j'aimerais bien encore aller dans l'antre de ce loup et me faire toute petite auprès de lui....On peut toujours rêver.............

     

    CET OBSCUR OBJET DU DESIR...

     

     

     

     

  • Interviews: Celebrities from 1980s to Beyond ...

    ...AT "THE HOLLYWOOD SHOW " 

    Interviews: Celebrities from 1980s to Beyond at ‘The Hollywood Show’ : JOE PENNY

     

    Interviews: Celebrities from 1980s to Beyond at ‘The Hollywood Show’ Submitted by PatrickMcD on September 6, 2012 - 5:01pm.

     Joe Penny  Content Interview Jake and the Fatman Joe Arce Kick-Ass Patrick McDonald Saved by the Bell The Hollywood Show Yancy Butler Joe Penny, Portrayed Jake on “Jake and the Fatman” He’s Jaked: Joe Penny at at ‘The Hollywood Show,’ March of 2012 Photo credit: Joe Arce of Starstruck Foto for HollywoodChicago.com In the realm of the truly unforgettable titles in TV drama history, “Jake and the Fatman” (1987-1992) weighs heavily. The Fatman was veteran actor William Conrad. Jake was character actor Joe Penny. Penny has done mostly guest spots in television since then, including “The Sopranos.” He recently did a three episode run on “Cold Case.”

    HollywoodChicago.com: Reruns must seem like old home movies to a television veteran such as yourself. Any reruns of yours spur a particular memory or are there any you just like seeing again.

    Joe Penny: I don’t really go back over my old shows, but I’ll see them occasionally, mostly I want to go back and change things about the character as I look at them now.

    HollywoodChicago.com: What advantages do you think you had coming up through series television in the 1980s as opposed to now?

    William Conrad, Joe Penny (right) in ‘Jake and the Fatman’ Photo credit: MGM Home Entertainment Penny: There was more of you had to earn it. These days, everyone is a writer, producer and movie star. You post something on the web, get enough hits, and suddenly you have TV show. [laughs] It is overloaded, and I don’t see many people with longevity anymore. Everything was harder when I started, and you had to take acting lessons, do theater parts, work on connections and then get lucky. The technology is good, but it’s also a hindrance for longevity.

    HollywoodChicago.com: What is the best advice someone gave you about acting, and how do you apply it?

    Penny: Know your job and don’t fake it. It looks easy, but the ones that make it look easy know what the hell they’re doing. They may tell you around the dining room table that you’re funny and you should be an actor, but until you challenge yourself by getting on a stage or in front of a camera, that’s when your knowledge of the craft separates you from the pretenders. The guys who gave me that advice was William Holden, Lee Marvin and Robert Mitchum. I’m grateful I had a chance to hang out with those guys. They were the real deal.

    HollywoodChicago.com: Finally, what can you tell us about William Conrad that the rest of the world doesn’t know?

    Penny: Everybody had the impression he was a gruff guy, but in reality he was like your lovable granddad. He was was like my granddad, that’s the relationship we had.

    Read more: http://www.hollywoodchicago.com/news/19829/interviews-celebrities-from-1980s-to-beyond-at-the-hollywood-show?page=0%2C1#ixzz2Uo4MwFRc

    Interviews : Célébrités des années 1980 et au-delà au "Hollywood Show" Soumis par PatrickMcD le 6 septembre 2012 - 17:01pm.

     Joe Penny Content Interview Jake and the Fatman Joe Arce Kick-Ass Patrick McDonald Saved by the Bell The Hollywood Show Yancy Butler Joe Penny, Portrait de Jake dans "Jake and the Fatman" He's Jaked : Joe Penny au "Hollywood Show", mars 2012 Crédit photo : Joe Arce de Starstruck Foto pour HollywoodChicago.com Dans le domaine des titres vraiment inoubliables de l'histoire des fictions télévisées, "Jake and the Fatman" (1987-1992) pèse lourd. Le Fatman était l'acteur vétéran William Conrad. Jake était le personnage de l'acteur Joe Penny. Depuis, Penny a surtout réalisé des spots télévisés, dont "Les Sopranos". Il a récemment fait une série de trois épisodes sur "Cold Case".

    HollywoodChicago.com : Pour un vétéran de la télévision comme vous, les rediffusions doivent ressembler à de vieux films de famille. Toutes vos rediffusions stimulent un souvenir particulier ou y a-t-il des épisodes que vous aimeriez revoir ?

    Joe Penny : Je ne reviens pas vraiment sur mes anciennes séries, mais je les revois de temps en temps. Je veux surtout revenir en arrière et changer les choses sur le personnage tel que je le vois maintenant.

    HollywoodChicago.com : Quels avantages pensez-vous avoir tirés des séries télévisées dans les années 1980 par rapport à aujourd'hui ?

    William Conrad, Joe Penny (à droite) dans "Jake and the Fatman" Crédit photo : MGM Home Entertainment Penny : Il fallait être plus nombreux pour le gagner. De nos jours, tout le monde est écrivain, producteur et star de cinéma. Vous postez quelque chose sur le web, vous obtenez suffisamment de visites et soudain vous avez une émission de télévision. [rires] C'est surchargé, et je ne vois plus beaucoup de gens qui ont la longévité. Tout était plus difficile quand j'ai commencé, et il fallait prendre des cours de théâtre, faire des pièces de théâtre, travailler sur les relations et puis avoir de la chance. La technologie est bonne, mais c'est aussi un obstacle à la longévité.

    HollywoodChicago.com : Quel est le meilleur conseil que quelqu'un vous a donné sur le jeu d'acteur, et comment l'appliquez-vous ?

    Penny : Connaissez votre métier et ne faites pas semblant. Ça a l'air facile, mais ceux qui le font paraître facile savent ce qu'ils font. Ils peuvent vous dire autour de la table de la salle à manger que vous êtes drôle et que vous devriez être acteur, mais jusqu'à ce que vous vous mettiez au défi en montant sur une scène ou devant une caméra, c'est là que votre connaissance du métier vous sépare des prétendants. Les types qui m'ont donné ce conseil étaient William Holden, Lee Marvin et Robert Mitchum. Je suis reconnaissant d'avoir eu l'occasion de passer du temps avec eux. C'était des vrais.

    HollywoodChicago.com : Enfin, que pouvez-vous nous dire sur William Conrad que le reste du monde ignore ?

    Penny : Tout le monde avait l'impression qu'il était bourru, mais en réalité, il était comme votre adorable grand-père. Il était comme mon grand-père, c'est la relation que nous avions.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)